Nos thèmes & propositions

Le Valais est un pays où il fait bon vivre. Notre canton a su conjuguer tradition et innovation. Ses paysages magnifiques permettent d’y développer un tourisme de qualité et le niveau des formations qu’il propose permet d’accueillir des industries compétitives. Nous pensons cependant que le Valais doit poursuivre sa mue et qu’il y a encore du chemin à faire : nous voulons un Valais plus engagé dans le développement durable, plus fort économiquement et plus ouvert sur le monde.

Pour aller dans cette direction, les libéraux-radicaux du district de Saint-Maurice veulent réaffirmer les principes de responsabilité, de liberté et de solidarité qui sont à la base de leur engagement politique. C’est dans ce cadre qu’ils sont favorables aux actions suivantes :

Economie

  • La crise du coronavirus a provoqué des dégâts importants dans notre économie et de nombreux entrepreneurs ont été contraints de cesser leur activité. Il est normal que ce sacrifice soit justement compensé et l’Etat doit s’engager dans ce sens en ouvrant sa bourse.
  • En même temps, la crise sanitaire a été l’occasion de découvrir ou de renforcer de nouvelles opportunités (cycles courts, produits locaux, télétravail, etc.). Notre cadre législatif doit s’adapter pour pérenniser ces opportunités.
  • La situation actuelle a aussi mis en évidence l’énorme paperasserie que doivent affronter les entrepreneurs. L’Etat doit simplifier les démarches administratives et offrir un soutien et un accompagnement à ceux qui en ont besoin, par exemple en créant des postes de répondants dans certains domaines et en facilitant les démarches interservices.
  • Consommer local nous permet non seulement de choisir des produits de qualité mais aussi de le faire de manière responsable vis-à-vis de l’environnement. Il faut une promotion active de nos produits locaux et le développement de nouveaux réseaux pour les proposer aux habitants de notre région et aux visiteurs.
  • Le tourisme est un secteur important de notre économie. Nous soutenons le projet de Parc naturel régional du Trient, qui permet de mettre en valeur nos richesses naturelles et culturelles et de promouvoir le développement économique durable de la région.
  • L’offre de notre région (chemins pédestres, culture, etc.) donne d’excellentes opportunités de développer et renforcer le tourisme durant toute l’année. Nous devons dynamiser l’attractivité de notre canton en dehors des saisons traditionnelles.
  • Nous voulons des conditions-cadres favorables aux entreprises qui maintiennent des places de travail à caractère social, qui forment des apprentis et qui font preuve d’exemplarité (notamment par rapport au respect de l’environnement, des travailleurs, de l’égalité de traitement entre femmes et hommes, etc.).

Energie, Territoire et Environnement

  • En Suisse, une part importante de la consommation d’énergie provient des bâtiments. Le Canton du Valais a fixé des exigences très modestes pour la part maximale d’énergie non renouvelable pour la production de chaleur et aucune exigence pour la production d’électricité. Nous proposons d’adapter notre législation à la politique énergétique de la Confédération et d’augmenter les objectifs pour les nouvelles constructions. La rénovation énergétique du parc immobilier doit être accélérée grâce à des normes d’efficacité et des avantages fiscaux.
  • Le programme bâtiment doit être maintenu à un haut niveau indépendamment de l’apport financier de la Confédération.
  • Le réseau des stations d’épuration doit être modernisé pour une meilleure protection de l’eau. Là où cela est possible, des regroupements régionaux doivent être favorisés afin de permettre le traitement efficace des micropolluants
  • De nombreux projets – y compris en matière de développement vers l’intérieur – ont un impact au-delà des frontières communales. Pour éviter que les découpages politiques ne fassent obstacle à la réalisation de bons projets de planification, il est nécessaire de penser le développement territorial au-delà des limites institutionnelles. Au titre de la coopération supracommunale, le Valais a par exemple développé l’instrument des plans directeurs intercommunaux. Il faut poursuivre les efforts dans ce sens.
  • Dans les régions urbanisées, la protection des sites construits peut entrer en conflit avec la nécessité de densifier, préconisée par la loi révisée sur l’aménagement du territoire. Un véritable inventaire cantonal avec des mesures de classement précises fait défaut. Nous voulons définir plus clairement les objectifs de protection dans les différents inventaires pour simplifier leur lecture par les Communes et les propriétaires concernés.
  • La densification est nécessaire en raison du fait que le sol est un bien rare. La LAT l’exige désormais expressément. Les instruments de densification doivent prévoir non seulement la qualité des nouveaux aménagements mais également leur connexion avec ceux qui existent déjà : la continuité des réseaux, leur articulation avec les transports en commun et les lieux d’animation est en enjeu essentiel de la densification. Lors des mesures de densification et d’aménagement du territoire, la qualité de vie doit rester un objectif prioritaire.

Société

  • Nous soutenons le développement de l’aide et des soins à domicile et souhaitons favoriser la création d’unités d’accueil de jour dans les Communes valaisannes.
  • La clinique de St-Amé offre des prestations de qualité qui sont appréciées par beaucoup de familles de notre région. L’évolution de la planification hospitalière et la concurrence avec les structures de l’Hôpital Rivieria-Chablais doivent nous amener à nous engager pour la défense de cette institution.
  • La lutte contre toutes les formes de harcèlements doit être renforcée. Pour combattre ce fléau de multiples réponses sont nécessaires : politique de prévention dès le plus jeune âge, information complète sur les soutiens possibles, formation des enseignants sur les questions de harcèlement scolaire.

Mobilité

  • Notre population augmente, les gens se déplacent de plus en plus et l’attractivité pour les transports en commun a augmenté. Les lignes de bus et les P+R doivent être réorganisés et renforcés pour répondre aux attentes de la population.
  • Nous soutenons le projet ferroviaire Sud-Léman. Par le rail notre district sera ainsi relié d’un côté à Evian et de l’autre à la Vallée de Chamonix. Cela constituera un atout pour notre place économique et notre tourisme.
  • De plus en plus de monde choisit une mobilité douce pour les courtes distances, notamment pour se rendre au travail. C’est une solution bonne à la fois pour l’environnement et pour la santé. Les programmes d’équipements doivent être conçus pour garantir sécurité et conforts aux réseaux de mobilité douce.

Jeunesse & Formation

  • Les jeunes font un usage intensif des nouveaux médias et supports numériques. Ces derniers leur offrent un éventail varié de possibilités d’apprentissage et de développement. Ils présentent toutefois aussi un risque. Le cursus scolaire doit s’adapter : assurer la transmission d’une compétence médiatique permet de prévenir les risques.
  • Les CDTEA (Centres pour le développement et la thérapie de l’enfant et de l’adolescent) doivent accomplir leur mission avec un effectif en personnel insuffisant. Il faut leur donner plus de moyens et élargir le champ de leurs compétences avec du personnel éducatif pour faire face aux troubles du comportement auxquelles familles et écoles sont régulièrement confrontées.
  • Le Valais n’est pas doté de lits de psychiatrie pour les enfants de moins de 12 ans. De manière générale du reste, l’offre en pédopsychiatrie est insuffisante et ne répond pas aux besoins. Une tranche de notre population n’est ainsi pas prise en charge de manière satisfaisante, ce qui n’est pas acceptable. L’offre dans ce domaine doit être corrigée.
  • La formation duale est une fierté nationale et un pilier de notre économie. Les conseillers en orientation scolaire et professionnelle doivent être sensibilisés au risque de concurrence avec les études académiques et mieux mettre en valeur les atouts de l’apprentissage comme porte d’entrée au monde du travail et comme tremplin pour accéder aux HES, sans pour autant dévaloriser la voie académique.
  • Les métiers qui mettent en avant notre terroir, soit dans la production soit dans la commercialisation, méritent d’être valorisés. La sauvegarde de notre patrimoine constitue un atout majeur pour notre tourisme dans une perspective de développement durable.
  • Nous voulons être attentifs à la reprise du Collège de l’Abbaye par l’Etat du Valais. Nous attendons un programme ambitieux qui permette de conserver la qualité et la renommée de l’établissement tout en lui apportant de nouveaux outils pour répondre aux défis de la formation d’aujourd’hui.
  • Afin d’améliorer leurs chances sur le marché de l’emploi, beaucoup de personnes doivent envisager une reconversion professionnelle. Une reconversion demande beaucoup de temps et d’énergie. Les situations dans lesquelles une aide est possible doivent être revues à la hausse.

Sport & Culture

  • L’offre culturelle et patrimoniale est l’une des principales cartes de visite du Valais, que ce soit avec l’offre des villes (musée et patrimoine) ou celle des stations (festivals). La population valaisanne apprécie également cette offre. Il est important que le canton, avec le relais des communes, soutienne la culture. 
  • La culture est importante non seulement pour le tourisme mais aussi pour la population valaisanne. L’Etat doit donc développer l’accès à la culture et faciliter son accès pour toutes les bourses. Nous proposons par exemple que les musées étatiques soient accessibles gratuitement pour les jeunes jusqu’à 25 ans.
  • Avec la reprise du Collège de l’Abbaye par l’Etat du Valais se pose la question de l’avenir de la salle de Théâtre du Martolet. Nous défendons une solution qui garantit la pérennité de l’institution et de ses saisons culturelles.
  • Les infrastructures sportives de nos écoles sont utilisées en soirées par les sociétés sportives locales. Il est donc important que les équipements soient conçus non seulement pour les besoins scolaires mais aussi pour les utilisateurs publics. Nous préconisons donc une révision des normes scolaires pour les harmoniser avec les besoins de nos clubs locaux.

Organisation de l’Etat

  • Avec l’évolution de la société et du monde dans lequel nous vivons, il est normal que l’Etat remplisse de nouvelles missions et qu’il se dote des structures permettant de les accomplir. Cela nécessite cependant que l’Etat se remette en question et examine la pertinence des missions actuelles avant d’engager de nouvelles dépenses.
  • De toute évidence, la nouvelle Constitution valaisanne sonnera le glas du district de Saint-Maurice. Les nouvelles lois d’application qui seront adoptées devront favoriser le maintien des collaborations existantes et permettre leur développement malgré le nouveau découpage cantonal.
  • L’accès aux services étatiques par la population doit être facilité. Nous voulons une cyberadministration de proximité permettant de régler rapidement et simplement les démarches administratives.